[Baisers d’outre-tombe] 4 : Ombres et Lumières

[Baisers d'outre-tombe] 3: Dédale
[Baisers d'outre-tombe] 5 : Touche à tout

Je vais y arriver, je vais y arriver, je vais y arriver.’

Xyrus observait successivement leur obstacle et les lianes qui pendaient du plafond, cherchant celle qui résisterait à son poids et lui permettrait de traverser. A ses côtés, Allya faisait de même tout en chantonnant une petite comptine de son enfance. Soudain elle leva un bras et désigna l’une des lianes sur la gauche.

« Celle-là semble solidement ancrée. »

Xyrus vint vérifier en tirant dessus, la plante ne céda pas, une bonne chose. Content de leur trouvaille il se tourna vers elle. Elle lui dédia son plus sourire et l’adolescent se sentit renforcé par la chaleur qui émanait de son joli visage. Il n’y avait pas à tergiverser, il la trouvait mignonne.

Xyrus tira encore une fois sur la liane puis l’enroula autour de son bras droit. Du gauche il saisit sa compagne par la taille, ou du moins il essaya. Son bras passa à travers elle sans la blesser et il sentit néanmoins plus fortement sa présence, elle était un peu moins transparente.

« Vas-y. » Dit-elle doucement, un brin d’émotion dans la voix.

« Je ne vais pas te laisser là.

-Il le faut, je ne peux pas traverser. »

Xyrus hésita puis promit de revenir et s’élança à travers l’obstacle. Il survola le trou assez facilement et réussit à atterrir sans encombre de l’autre côté.

« Finalement ce n’était pas si large, un simple bond n’aurait jamais suffit mais avec les lianes c’est assez simple. »

Il n’avait même pas eu besoin de crier pour qu’elle l’entende. Allya l’encouragea à continuer et il s’avança jusqu’au grand mur qui constituait le fond de la pièce. Il n’y avait pas de porte… Juste une multitude de symboles et un texte gravé dans la roche.

« Je ne trouve pas la sortie, c’est une impasse ! »

Il baissa la tête, dépité, ferma les yeux et inspira longuement. Lorsqu’il rouvrit les yeux, i l remarqua que la poussière au sol s’éloignait d’une portion du mur. Il l’examina plus attentivement et se rendit compte que cette partie devait bouger, il fallait simplement trouver la poignée.

« Allya ! La porte est là ! C’est une entrée secrète ! »

La blonde lui répondit par des cris de joie. Xyrus s’éloigna un peu et posa ses yeux sur le texte qui surplombait la porte.

« Tu arrives à lire ?

-Le roi gronde quand la guerre raisonne et la mort frappe avant que ne tombe le jour. »

Une énigme, c’était bien sa veine. Xyrus effleura l’un des symboles autour de la porte qui s’illumina brièvement. Une combinaison, il fallait les bons symboles dans le bon ordre.

« Une idée ? »

Allya qui examinait le mur de loin depuis quelques minutes déjà réfléchit longuement. Soudain, la réponse parut.

« Ce sont les dieux ! Le roi gronde c’est Zeus, appuie sur l’éclair! »

Xyrus obéit et le symbole s’illumina sous sa main. Ils entendirent un grondement sourd et les murs tremblèrent mais ce fut un grouillement de plus en plus fort qui leur fit peur. Il venait de loin et arrivait du côté d’Allya. Des ombres glissant au sol et aux murs du couloir apparurent et prirent la forme de créatures monstrueuses. Xyrus courut jusqu’au trou et hurla à Allya de sauter, ce qu’elle refusa.

« Je ne peux pas!

-Saute! Je te rattraperai !

-Tu ne peux pas ! Appuie sur les autres symboles! »

Rageur Xyrus retourna au mur et attendit les ordres.

« La guerre raisonne c’est Athéna, la chouette ! »

Encore deux symboles…

« La mort c’est Hadès, le chien à trois têtes ! Et le jour c’est Apollon !

-Il n’y a pas de soleil !

-La lyre !

-Quoi ?

-La lyre, c’est le dieu des arts et de la musique! Vite! »

Il appuya sur le dernier symbole et la porte s’ouvrit à lui. Allya lui hurla de s’y engouffrer mais il vit les ombres se rapprocher, pénétrer dans la pièce. Il revint une dernière fois au trou et lui hurla de sauter.

« Tu ne pourras pas m’attraper!

-Fais-moi confiance! »

Autant effrayée par les ombres que par la perspective d’une chute sans fin, Allya releva le bas de sa robe, dévoilant sandales et chevilles, courut aussi vite que possible et bondit par dessus par dessus le trou.

Elle vit Xyrus tendre le bras de son côté et sa main effleura son poignet avant qu’elle ne commence à tomber.

Le cri de Xyrus provint du plus profond de ses tripes, avec une détermination sans faille il referma ses doigts autour du poignet d’Allya flottante et terrifiée.

Hors de question qu’il l’abandonne.

[Baisers d'outre-tombe] 3: Dédale
[Baisers d'outre-tombe] 5 : Touche à tout

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *