La relation fan-idole

féminisme, cultures et sous-cultures
Axel. retombe en enfance et transforme son blog en anti-chambre de Mattel

Chose complètement aberrante, j’écoute les One Direction en écrivant cet article. A force de voir passer des fanfictions à propos de ces messieurs il me fallait bien découvrir un peu leur travail. Ne me demandez pas ce que j’en pense, je n’arrive pas à le savoir.

Pas la peine de fuir, ceci n’est pas un article sur les One Direction, enfin pas directement. C’est un article, pas trop pour râler (étrange venant de moi), mais plutôt pour essayer de comprendre.

Je pose les bases : oui, si vous écrivez une fanfiction et que vous supprimez toute référence à l’univers/star vous avez le droit de la publier sans reverser un centime au propriétaire, c’est légal. Prenons deux exemples : fanfiction Harry Potter gommée -> rien à donner à J.K. Rowling, fanfiction One Direction gommée -> Rien à verser aux One Direction.

Mais moralement ?

Les Directioners est probablement la fanbase la plus bizarre que je connaisse : les gens se disent fans et n’hésitent pas à marcher sur leurs idoles pour réaliser leurs rêves, se faire un nom/de l’argent. Habituellement les fans ont plutôt tendance à porter leurs idoles aux nues, à les supporter envers et contre tout. Certains fans de la première heure s’endettent même pour permettre aux artistes d’enregistrer leur premier album, vont à tous les concerts, achètent tous les produits officiels pour soutenir leurs idoles. Chez les directioners on trouve des cas inverses. Que ce soit l’exemple d’After, de Phoneplay ou de Half-Brothers (ne me remercie pas pour la pub), aucun des auteurs ne reverse un centime à leurs idoles alors qu’elles s’appuient sur leur fanbase et plus encore sur leur notoriété pour gagner de l’argent. Car les trois histoires sont à la base des fanfictions, c’est-à-dire que les auteurs ont écrit leurs histoires avec les One Direction en tête. D’ailleurs, sur Wattpad, lieu de publication initiale, les noms/caractéristiques des membres des One Direction sont utilisées. Les histoires sont les aventures des One Direction, pas de héros construits de toutes pièces. Il y a une sérieuse inspiration, on écrit une autre version de la vie de ces messieurs. De plus, tout le monde sait que les versions papier sont des fanfictions trafiquées, c’est clamé haut et fort. C’est leur principal argument de vente. Si ces livres sont vendus, c’est pour la seule raison que les directioners sont un pool d’acheteurs assez conséquent, et qu’il suffit de leur dire « One Direction » pour qu’ils ouvrent leur porte-monnaie (pour beaucoup).

Et personne chez les directioners ne trouve à redire. Hé toi directioner ! Il y a des gens qui se font du fric sur le dos de  tes idoles ! Qui profitent d’eux, et par extension de toi car tu vas acheter leurs bouquins car tu sais que ce sont des fanfictions One Direction même si la référence est gommée. Tu es si enclin à payer si les mots « One » et « Direction » sont mentionnés, qui pourrait t’en vouloir ? T’es fan.

Et tu t’en fiches ? Pire tu achètes ? J’adore Harry Potter mais je n’achète que des produits officiels dont je suis sûre que les droits seront reversés à J.K. Rowling.

Pourquoi ? Parce que c’est son univers, parce qu’elle fait rêver les Potterhead, parce qu’elle nous fait vibrer, parce qu’elle nous donne tellement qu’on ne pourra jamais lui rendre assez. Parce qu’on est fans. J’imagine qu’internet aura tôt fait de me trouver un contre-exemple mais je ne connais pas  actuellement de fanfiction Harry Potter gommée et publiée par un « fan », ou si c’est le cas il ne s’en vante pas. Et si un fan se met à faire cela 1. il se fait exclure des Potterhead avant d’avoir dit Quidditch, 2. personne n’achète son truc. En plus gommer l’univers d’Harry Potter d’une fanfiction HP c’est assurément flinguer une gomme et se retrouver avec du gruyère, autre débat.

Bref si toi Directioner tu passes par là explique-moi pourquoi tu laisses des gens utiliser tes idoles. Ne me dis pas que les histoires sont si géniales que de toute manière elles seraient des best-sellers, j’ai lu les trois citées précédemment (juste le tome 1 pour After), sur Wattpad.

J’ai demandé à Harry Styles ce qu’il en pensait, sur Twitter. Bon je ne pense pas avoir de réponse mais qui ne tente rien n’a rien.

J’espère qu’un jour un artiste va porter plainte qu’on ait enfin une jurisprudence pour ces cas. Mais pour le moment je vais soupirer et regarder les gens se faire du blé en marchant sur les One Direction et sur leurs directioners.

 

Allez, finissons sur une note positive, je vous mets une photo de ces garçons, quand ils étaient encore cinq. Ne me demandez pas qui est qui, je n’en sais fichtrement rien.

One_Direction_Glasgow

 

 

féminisme, cultures et sous-cultures
Axel. retombe en enfance et transforme son blog en anti-chambre de Mattel

4 thoughts on “La relation fan-idole

  1. Candy says:

    Concernant Harry Potter, voir : http://booknode.com/james_potter,_tome_1___le_retour_des_anciens_0444812
    (j’ignore si l’auteur a eu l’autorisation de JK Rowling ou s’il se contente de nager dans l’illégalité la plus totale)

    Petite précision: si on reconnaît les personnages, même si on a changé leurs noms, ça tombe sous le coup de l’atteinte à la vie privée. Encore faut-il que les intéressés portent plainte… et à mon avis, on a dû conseiller aux 1D de fermer les yeux pour ne pas se fâcher avec la fanbase.

    • Je ne connaissais pas cette « oeuvre », ça se saurait s’il avait l’autorisation non ?
      Je pense aussi qu’on ferme les yeux dans le cas des 1D, pour que la fanbase continue à parler d’eux. C’est fort dommage d’ailleurs.

  2. Bonjour,
    Je peux apporter des précisions sur ces questions.

    La fic de Lippert : elle n’est pas publiée par une maison d’édition, mais partagée gratuitement sur internet (cliquez sur les liens, vous verrez. Par acquit de conscience, j’ai fait une recherche sur l’auteur sur Amazon. com, car c’est un récit anglophone à la base, et je ne l’ai pas trouvé).
    A ce qu’on m’a dit (j’ai pas la source), quand c’est sorti sur internet, en PDF, puis epub, JKR a été avertie, a regardé, et dit qu’elle aimait bien. Je ne sais pas si l’histoire est vraie (je ne sais plus où j’ai lu ça), mais c’est gratuit, la source était claire, et JKR a toujours dit qu’elle soutenait la fanfiction.

    Les RPG (fic sur les personnes réelles)
    Aussi étonnant que cela paraisse, la fanfiction sur les œuvres protégées est illégale (violation du droit d’auteur), mais mais pas les fics sur des personnes réelles (pas de droit d’auteur).
    Il n’y a rien pour fonder l’exception à la liberté d’expression :
    – injure ou diffamation : la forme fictionnelle est claire, cela ne tombe pas sous le coup de ces infractions (au contraire des articles de presse qui prétendent rapporter la vérité)
    – atteinte à la vie privée : quelle vie privée ? La fic se base sur ce que les fans savent du chanteur, qui n’est donc pas privé car vient de la presse, et invente le reste (et ne le cache pas).
    Donc, juridiquement parlant, on peut prendre le nom de quelqu’un de connu et inventer n’importe quoi sur lui, si on précise que c’est de la fiction.
    Exemple de jurisprudence : on a le roman sur DSK, écrite par Marcela Iacub (Belle et Bête). Le jugement n’a pas suspendu la publication du livre (c’est de la fiction, donc application de la liberté d’expression), mais a condamné l’auteure et la maison d’édition à des dommages et intérêts car, au sein de cette fiction, des mails privés de DSK adressés à l’auteure par DSK avait été reproduits.

    Si cela vous intéresse, Arlia Eien, qui connait le RPF, m’a proposé un article sur ce sujet, que j’ai posté sur mon site : http://etude.fanfiction.free.fr/rpf.php

    Sur les fic HP sans univers HP :
    Il existe une excellente fic HP qui totalement UA et qui a ensuite été publiée sur le blog de l’auteure avec d’autres prénoms (et elle aurait pu être ainsi publiée) : Cher Journal : Chronique d’une dernière année (Myschka).
    C’est l’exception qui confirme la règle. Je la cite parce que c’est un texte qui mérite d’être connu.
    Sur le fond, je suis d’accord, la plupart des HP ne sont pas transposables sans gros remaniement pour expliquer le contexte (parce qu’au fond, les Dramione, ne sont-ils pas des New adult avec la femme indépendante qui succombe à ses sens et le bad boy de bonne famille qui va devenir un bon mari ?).

    Alixe

    • Argh, j’ai pas relu la fin, je la recommence.
      La plupart des HP ne sont pas transposable en l’état. Mais beaucoup le sont pour peut qu’on change la nature des cours (pas de magie) et qu’on ajoute un peu de contexte (pour expliquer les relations entre les personnages.
      Parce qu’au fond, un Dramione, c’est ce qui est à la mode aujourd’hui : New adult, érotique, la femme indépendante et le bad boy.
      (voilà, j’espère que c’est plus clair)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *