2. Zagan

1. Phoenix
3. Oze

Le tuyau d’évacuation était étroit, sale et malodorant, pourtant l’adolescent ne renonça pas. Il continua de ramper à travers les canalisations aussi rapidement que possible. Quelques heures plus tôt il avait commis une grossière erreur suite à un pari stupide. Jamais il n’aurait dû s’aventurer ainsi vers l’Est de la cité qui l’avait vu naître. Il avait couru trop longtemps, s’était enfoui trop profondément dans la forêt. Il avait quitté les terres protégées par la déesse protectrice et la sécurité qui allait avec. Tout cela pour une bête plus rapide et plus maligne que lui. L’animal avait fui en direction de prédateurs bien plus redoutables que celui qui le chassait. Comme un idiot Zagan avait foncé tête baissée, sans prêter attention à la direction qu’ils avaient empruntée. L’ennemi lui était tombé dessus sans crier gare. L’adolescent, pourtant sportif, n’avait pu esquiver le moindre geste. Il fut collé au sol, face contre terre.

  • On le bouffe maintenant ? avait alors proposé une voix rocailleuse.
  • Nan, trop maigre, avait rétorqué l’autre, embarquons-le à la ferme.

La ferme, Zagan en avait entendu parler, ceux qui l’approchaient n’en revenaient jamais d’après les légendes. Selon ces mêmes légendes racontées par les mères, si les enfants n’étaient pas sages alors les monstres viendraient les emmener à la ferme. Des mots, de simples mots pour interdire aux gens d’aller vers l’Est, voilà tout. Zagan n’avait jamais cru à la ferme, pas plus qu’il ne croyait en la déesse protectrice ni à un quelconque dieu.

 

Mais de toutes les horreurs qu’il avait entendues à propos de la ferme, aucune n’égalait ce qu’il avait vu de ses propres yeux. Il avait été parqué dans une cage où il ne pouvait ni s’allonger, ni se mettre debout, ni même être totalement assis. Une dizaine de cages étaient suspendues dans ce qui ressemblait à une grange. Le jour de son arrivée s’était avéré être jour de marquage pour le bétail. Sauf que le bétail était une petite cinquantaine d’enfants, garçons et filles. Tous nus, alignés en dessous des cages, ils attendaient. Ils furent triés puis tatoués et envoyés dans des salles hors de la vue des prisonniers. Zagan avait également suscité l’intérêt de ses geôliers, ils avaient été intrigués par sa provenance, autant que par sa couleur de cheveux, d’un vert chlorophylle. La déception fut à la hauteur des espérances en réalisant que Zagan n’était pas l’un des nomades si convoités mais qu’il venait de la cité.

  • Vous partez chasser trois jours et tout ce que vous ramenez c’est un gamin de la cité sanctuaire ? s’était emporté celle qui semblait être la chef. Vous avez perdu votre flair ou quoi ?

— Il n’y avait rien, aucun humain sauvage à des kilomètres ! Ils ont fui vers le nord l’automne dernier et ne sont pas encore redescendus.

  • Vous êtes mauvais c’est tout, rétorqua l’ancienne, pires que des vampires.

 

La discussion s’était poursuivie le temps que tous les enfants soient tous marqués. Puis toutes les lumières de la grange s’étaient éteintes. Plongé dans le noir complet, Zagan avait commencé à paniquer. Il avait le choix : essayer de parler aux autres ou essayer de s’en sortir par lui-même.

 

[socialpoll id= »2361953″]

1. Phoenix
3. Oze

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *