3. Miam

2. PVC+
4. Parce qu'il le vaut bien

Zeus entraîna Iain dans les couloirs de son palais. La cité sanctuaire n’était que marbre blanc, statues finement ciselées et décorations délicates. Construite à l’abri du regard des hommes, l’Olympe abritait la plus grande population de vampires d’Europe. Cela en faisait une cible de choix pour l’ennemi. Iain tanguait un peu, maudits soient Zeus et son additif ! Il se laissait emmener sans broncher mais il employait le peu de lucidité qui lui restait pour dénombrer les gardes en poste. Il ne connaissait pas du tout les lieux et craignait d’être conduit dans un endroit… sécurisé.

 

Mais Zeus l’entraînait seulement dans les grandes cuisines où s’affairaient de nombreux commis et chefs. Iain reconnut l’odeur succulente avant même d’avoir franchi les portes. Ce qui se cachait derrière combla sa vue, malgré le flou.

 

— Par respect pour père, déclara Zeus, je me suis dit que toi et moi méritions le meilleur. Inutile d’apporter dans la salle de réception, ajouta-t-il à l’attention des deux serveurs qui soulevait un grand plat d’or bien garni. Notre invité et moi allons le manger dans la salle sud.

 

Les hommes s’inclinèrent puis partirent. Iain vit avec amusement le regard envieux de tout le personnel de cuisine. Tous suivirent des yeux ce plat fumant quitter la pièce, quelques gémissements de déception se firent même entendre. Zeus éclata de rire, saisit deux coupes de cristal ainsi qu’une carafe de sang et fit signe à Iain de le suivre. Le loup obtempéra, non sans avoir mis la tête dans un évier, sous un jet d’eau froide.

 

Les idées un peu plus claires, il rejoignit son aîné, ou plutôt le plat d’or qui ornait à présent le centre d’une grande table, de marbre bien évidemment. Zeus avait des actions dans les carrières.

 

Il se tenait là, devant lui, les jambes repliées sous lui et le buste couché sur ses genoux. Bien ficelé pour une meilleure tenue à la cuisson, il avait régulièrement arrosé d’un jus aux pommes et au sang. Sa peau dépouillée de tout poil avait une belle coloration brune et, comble de l’ironie, une pomme entière avait été insérée dans sa bouche.

 

Un ange cuit à cœur était leur plat de résistance. Oh Iain n’en avait pas mangé depuis des lustres.

 

— Une de nos patrouilles a été attaquée la semaine dernière, Hermès nous a rapporté ça vivant. Il voulait le dévorer de suite mais ton arrivée était déjà annoncée alors je me suis dit que ce serait un bon moyen de calmer nos rivalités.

— Tu as bien fait, rugit le loup qui passait et repassait sa langue sur ses lèvres.

— Je lui ai quand même promis de lui en garder un bout. Nous lui devons bien cela.

 

Ils s’attablèrent et un silence de cathédrale se fit. Quoi de mieux qu’une cuisse d’ange bien rôtie pour combler un estomac criant famine. Iain mordit voracement dans sa viande et en dégusta la moindre fibre. Elle était tendre, juteuse, un véritable paradis pour les papilles.

 

Le temps s’écoula et le plat fut de moins en moins rempli mais les cœurs étaient joyeux. Zeus se décida à demander à son frère des détails sur sa transe précédente.

 

— Tu as parlé d’Ereyne, dit-il entre deux gorgées de sang d’ange. Tu as des nouvelles ?

— Pas depuis son départ, maugréa Iain, elle me hante. Elle ne cesse de me rappeler que j’aurais dû descendre en bas avec elle.

 

Zeus eut un petit rire dédaigneux.

 

— Tu serais mort avant d’avoir franchi le Styx ! Caron ne t’aurait jamais laissé traverser.

— En lui expliquant le pourquoi du comment il aurait cédé. Ereyne est bien descendue ! rétorqua le loup en reprenant une part d’ange.

— C’est Ereyne… Par contre je maintiens que Caron t’aurait bloqué, il a reçu des ordres de Zelyan après la dernière incartade de Seth. De ce qu’Ereyne m’a raconté Zelyan était fou furieux que Seth ait tenté de pénétrer en enfer. Il voulait voler un truc pour son premier père soi-disant.

 

— D’où sais-tu tout cela toi ? grogna Iain.

 

Il était jaloux de toute cette connaissance de son aîné qui démontrait une proximité avec leur père qu’il n’avait pas. Et pourtant de tous il était le plus loyal. Zeus sourit, fier et arrogant, avant d’expliquer à son cadet que « lui » s’entendait bien avec Ereyne.

 

— Ne jamais se mettre à dos celle qui partage la couche de père.

 

Chose plus facile à dire qu’à faire, à sa première rencontre avec Ereyne, alors qu’il était encore humain, Iain avait essayé de la tuer.

 

Il voulut répondre quelque chose mais n’en eut pas le temps. Hermès, bien attaqué par le PVC+ lui aussi déboula dans la petite salle.

 

— Il se passe un truc pas net dehors ! Eh ! s’écria-t-il. Gardez-moi de l’ange ! Je l’ai capturé !

 

Mais Zeus et Iain ne l’écoutèrent pas et se précipitèrent vers les grandes fenêtres. Ils écartèrent les larges voilages blancs puis ouvrirent en grand et balayèrent l’horizon.

 

— Tu te moques de nous Hermès ! Gronda Zeus. Il n’y a rien !

— C’est de l’autre côté, répondit le vampire en se servant une coupe de sang.

 

Les immortels coururent en direction des cris et écartèrent la foule amassée sur un grand balcon. Au loin grondait le tonnerre mais la nuit était dénuée de nuages. Pire encore la foudre explosait mais s’élevait du sol à intervalles réguliers.

 

— Par tous les vampires ! s’exclama Zeus alors qu’à côté de lui Iain identifia l’origine du phénomène sans peine aucune.

— C’est Thor…

 

J’espère que ce chapitre vous a plu.

N’hésitez pas à vous abonner à la newsletter pour être notifié des prochaines publications.

[wysija_form id= »4″]

Axel.

2. PVC+
4. Parce qu'il le vaut bien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *