[James] 07 : Accord

[James] 06 : Whisky
[James] 08 : Déjeuner d'affaire ou d'à faire

Quelle plus grande difficulté que celle de rester digne alors que du whisky s’infiltre dans vos narines ? Le nez est en feu et les larmes montent jusqu’à mes yeux. Cette douleur est des plus atroces. Georges a la politesse de détourner le regard et de patienter quelques instants. Il a délaissé ses enfants pour me parler de son petit-fils que sa fille aînée a eu d’un milliardaire russe avec qui il a failli faire affaire.

— Il est trop jeune pour que je pense à son héritage, dans cinquante ans les entreprises ne ressembleront plus à celles d’aujourd’hui, tout sera plus connecté, automatisé, l’Homme en sera quasiment absent. Les intelligences artificielles comme celle que vous développez remplaceront nos cerveaux.

Tiens ? Il a parcouru les sujets de recherche développés en interne. Il est vrai que nous avons fait un peu de communication autour de Gaia, notre IA, lors du dernier salon de la robotique.

— Je constate avec plaisir que vous nous avez étudié avant de prendre votre décision.
— J’ai étudié toutes les offres et tous les acheteurs avec une grande attention monsieur Wood. Je suis prêt à vendre, mais pas à n’importe qui, ni à n’importe quel prix…

Je peux augmenter de 8% mon prix, pas plus. La marge de négociation est faible mais je veux cette boîte. Le Grant Group, en plus d’avoir l’acronyme le plus cool du monde après le mien, a quelques brevets intéressants mais plus important encore il a un pied sur tous les continents de la planète.

— Comme vous pouvez le constater, je ne suis pas n’importe qui.

Georges continue à boire son breuvage à petites gorgées. Il prend son temps, teste ma patience. Malheureusement pour lui, si je ne suis pas calme de nature j’ai été bien briefé. Je garde donc le sourire et reprends un peu de poison.

— Quatre enfants donc, et un seul petit fils ? Vous ne rêvez pas d’une nouvelle génération plus nombreuse ?

Avec un peu de chances il me parlera un peu plus de celle qui m’intéresse.

— Mon aîné et son compagnon songent à adopter, mais pas pour le moment, difficile d’éduquer un enfant lorsque l’on ne s’éduque pas soi-même. Mes plus jeunes recherchent d’abord la stabilité dans leur carrière, c’est leur choix.
— Vous parlez de vos enfants comme vous parleriez de vos collaborateurs, de manière professionnelle. A croire que c’est fondamental à vos yeux.

Touché, Georges a un petit rictus. Je parie une bouteille de ce whisky que c’est sa femme qui a éduqué les enfants et s’est chargée de la partie sentimentale. A moins que ce ne soit les nounous… A tous les coups il va me justifier sa vie par la difficulté de tenir une entreprise à son époque.

— Mes enfants sont ma fierté.
— Je n’en doute pas.
— Je les laisse vivre leur vie, faire leurs choix et leurs erreurs tout en restant derrière eux, toujours présent. Si je vous vends mon entreprise c’est aussi afin d’être plus présent pour mes proches.

Il a dit « je vous vends », « je VOUS vends » ! C’est presque gagné.

— Soyez assuré que votre entreprise sera entre de bonnes mains, je n’aime pas m’aventurer dans de projets à la légère. Chacun de mes actes est mûrement réfléchi.

Sauf l’envie d’aller en cours après une nuit blanche pour espérer croiser sa fille.

— L’avenir nous le dira.
— Ainsi que la valeur en bourse de votre action.

Ah, il esquisse un petit rire, je crois qu’il m’aime bien finalement. Monsieur Grant regarde sa montre, puis il se lève et m’invite à passer à table.

— Mais avant cela serrons-nous la main. Félicitations James, vous avez emporté le marché.
— Nous ferons de grandes choses Georges. Le Grant Group a de la ressource.

Et bientôt beaucoup moins de salariés…

— Célébrons cela avec un déjeuner, venez.
— Je meurs de faim !
— Ma fille ne devrait plus tarder à arriver, elle n’a pu libérer que ce créneau pour venir me voir, j’espère que cela ne vous gêne pas.

Un peu si, je comptais draguer votre fille et voir si elle avait de véritables sentiments pour moi avant de lui parler de mon argent. J’aime bien James le clochard…

— Du tout, ce sera un plaisir de la rencontrer.
Surtout si elle porte encore cette petite jupe bleue marine…

[James] 06 : Whisky
[James] 08 : Déjeuner d'affaire ou d'à faire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *