[James] 08 : Déjeuner d’affaire ou d’à faire

[James] 07 : Accord
[James] 09 : Binaire

Nous quittons le boudoir en direction de la salle à manger principale du restaurant. Ces quelques mètres sont une éternité. L’excitation à l’idée de revoir miss 42 plus tôt que prévu est une agréable surprise. Doucement, sans bruit ni violence, son visage s’impose à mon esprit. Ses petits yeux fatigués d’avoir trop bossé sur ses partiels, son sourire plus délicat qu’un bouton de rose. Le goût ferreux du sang se répand dans ma bouche sans que je n’en comprenne d’emblée l’origine. Je me suis mordu la lèvre pour ne pas gémir devant mon hôte. Miss 42 ne s’en va pas pour autant, elle trône dans mes pensées, agite son petit bracelet montre usé jusqu’à la corde, ajuste un pli de sa jupe d’un revers de main. Du regard elle m’invite à faire de même, à glisser ma paume sur le tissu bleu, à sentir la douceur de sa cuisse en dessous et à remonter lentement le long de ses hanches pour en découvrir tous les délices.

Si civilisé que je sois je ne peux rien contre les réactions primaires que l’illusion de miss 42 provoque en moi. Penser à quelque chose de moins excitant, une chaise, penser à une chaise. Prendre miss 42 sur une chaise, zut !

Une rafale d’air froid me ramène à la réalité, nous sommes dans le hall et les portes automatiques viennent de s’ouvrir. Une femme, une diva vient jusqu’à nous. Elle ressemble à miss 42, vaguement. Miss 42 ne contrôle pas autant son apparence. Du dessin de ses sourcils à celui de ses lèvres en passant par les nuances sur ses joues cette fille décide de l’aspect de la moindre parcelle de son visage. Quant à sa tenue, waouh, peu de femmes portent les robes noires moulantes avec autant d’aplomb. C’est miss 42, en plus sexy.

James, je vous présente ma fille Anne.
— Enchanté, James Wood.

Je me dois de reprendre un peu d’empire sur moi-même, le vieux Georges n’est pas né de la dernière pluie. Sa fille est pleine d’avantages et il le sait parfaitement. Notre réunion n’est pas terminée, le repas en est une dernière partie. Heureusement pour moi, Anne me fait penser à une version différente de sa sœur, et je préfère l’originale.

— C’est un plaisir de rencontrer le futur actionnaire majoritaire de notre groupe. Vous verrez, nous sommes une grande famille.
— Que j’ai hâte d’intégrer.

J’ai vraiment hâte d’intégrer ta sœur. Cette remarque n’est pas de la plus grande subtilité mais elle vient du cœur, ou presque. Georges part en tête et la diva m’attrape le bras avant de m’entraîner avec elle à la suite de son père. Elle me parle de sa matinée, enfin je crois, il est question d’un shooting photo.

— Le photographe était en retard, encore, explique Anne alors que je lui propose poliment une chaise sur laquelle elle s’assied. Et il a pris tout son temps, il nous a fait prendre des positions insensées qu’il fallait tenir longtemps. Nous n’avions presque rien sur le dos alors que nous étions dehors, et vous avez vu le temps ?

Je ne savais pas que la vie de mannequin était si dure. Quand je pense que le service communication de ma boîte veut me faire subir cela le mois prochain… Je vais peut-être annuler finalement.
Anne monopolise la conversation de sa voix agréable, elle râle sur tout et tout le monde mais son timbre doux donne l’impression qu’elle lit un poème. Enfin si l’on ne s’intéresse pas à ce qu’elle raconte.

— Et vous James, vous aimez la Grèce ?
— Pardon ?
J’ai raté un ou deux trucs il me semble. Anne répète sa question et m’informe qu’elle va en Grèce la semaine prochaine pour un autre shooting.

— Toute la famille y sera, nous descendrons dans notre hôtel habituel, voulez-vous vous joindre à nous ? Ce sera si amusant. Je refuse un non.

Quelques jours dans un hôtel paradisiaque avec miss 42… La proposition est alléchante. D’un autre côté adieu James le clochard.

— Je dois consulter mon agenda. Nous sommes très occupés en ce moment, c’est la saison.
— Allez James, vous n’oseriez pas me dire non ?

Elle a le même sourire que sa sœur, impossible de résister.

— Va pour la Grèce alors !

[James] 07 : Accord
[James] 09 : Binaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *