05 décembre 2017

04 décembre 2017
06 décembre 2017

– Caron, serait-il possible que tu stoppes cette averse d’âmes déchiquetées ? Je sais que cela partait d’une bonne intention mais c’est la troisième fois que j’en avale par inadvertance et la seule idée de manger ce qui fut un être humain me donne la nausée.

C’était pourtant joli toute cette « neige » qui tombait du ciel violacé. Cela rappelait les crépuscules au-dessus de Woodcastle en hiver, les cartes postales enchanteresses et les longues soirées d’hiver. A ceci près qu’il n’y avait qu’un feu de camp et quelques couvertures en guise de salon cosy.

Le passeur s’apprêtait à obéir lorsqu’un remue-ménage du côté de l’entrée rocheuse qui menait à la surface attira son attention et celle des autres immortels présents. Les âmes s’étaient regroupées, toujours gémissantes, les mains tendues vers ceux qui venaient d’arriver. Il s’agissait de deux hommes, ou presque, bien vivants. L’un d’eux était également bien en colère. Ils traînaient quelque chose derrière eux qu’Ereyne ne parvenait pas à voir.

– Dégagez ! hurla une voix grave, dégagez ou je vous bouffe !

– Hum elles n’ont pas l’air en bon état John, répondit l’autre, regarde leur couleur. Je ne suis pas certain qu’elles soient buvables, même mélangées à des larmes de douleur. L’errance leur donne mauvais goût, je préfère le bon, le vrai désespoir.

Odin et John émergèrent de la foule, crièrent une salutation aux immortels et demandèrent où ils devaient déposer leur fardeau qui s’avéra être un énorme sapin.

– Nous avons du mal à le trouver, dit Odin qui, aidé de Zelyan, John et Caron, l’enfonçait dans le trou soigneusement préparé par le passeur. Tous ceux du nord sont recouverts d’une poudre jaune toxique, les nuages radioactifs ont laissé de sacrées traces sur la végétation. Celui-là a été épargné grâce à un renfoncement rocheux, nous avons eu de la chance.

– A quoi ressemble le monde dehors ? demanda Ereyne anxieuse.

– Le nouveau sport officiel d’Asgard est la chasse au renne tricéphale. Ces bêtes sont coriaces, et rapides. Elles nous flairent mieux avec leurs trois museaux et je crois même qu’elles sont devenues plus rapides.

Ereyne grimaça, la biodiversité avait vécu un tournant inattendu des plus violents. Si l’immortelle n’avait que peu d’exemples de mutations de la faune, les malformations qu’arboraient certaines âmes de limbes suffisaient amplement à imaginer les dégâts.

– Il est très bien Odin, félicitations ! déclara Zelyan. Bon, dit-il en se tournant ensuite vers Ereyne. Avec quoi allons-nous bien pouvoir le décorer ? Je ne te propose pas d’os ni d’âmes, nous t’avons entendu parler de la décoration des limbes, des roches peut-être ? J’ai quelques salles pleines de ces cailloux que les humains apprécient tant.

– Des pierres précieuses tu veux dire ?

– Des cailloux qui brillent oui. Les humains sont pathétiques, tu sais que certains d’entre-eux échangent volontiers leur âme, leur âme ma douce, contre quelques cailloux ? Tss ils n’ont vraiment aucune notion de la valeur des choses…

Merci d’avoir lu ce chapitre

A demain !

Axel.

04 décembre 2017
06 décembre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *