MortelAvent

06 décembre 2017

Assise sur un banc, protégée du soleil ardent par l’ombre des feuillages, Selaphiel profitait d’un bel après-midi d’hiver. Elle se trouvait dans un petit jardin reclus derrière des bâtiments qui l’isolait de l’agitation de la ville. Calme et sereine, elle nettoyait avec soin un long morceau de bois brillant à l’aide d’un tissu doux. Elle ne s’en séparait jamais, c’était un peu comme un porte-bonheur. Le bois provenait de sa terre natale et jamais il ne l’avait quitté au cours de ces derniers siècles. L’objet était devenu une part d’elle-même, un prolongement de son corps.

L’archange ne leva les yeux de sa tâche qu’au moment où elle entendit l’un de ses compères s’approcher d’elle. Uriel la cherchait, il avait besoin de son aide.

– Ces préparatifs ne m’intéressent guère, tu connais mon opinion à leur sujet, déclara tranquillement Selaphiel à l’archange qui haussa les épaules.

– Nous devons tous nous y coller, l’ordre vient d’en haut.

– Et où est-il passé ce fils de Dieu ? C’est sa fête, qu’il vienne l’organiser.

Uriel leva les yeux au ciel, que le Seigneur puisse lui donner la foi de répondre une fois encore à cette question. Selpahiel était comme Michel, elle ne comprenait que la violence. Les archanges guerriers ne comprenaient que peu les plans divins si ces derniers déviaient ne serait qu’un peu de la voie sanglante.

– Demande à Saint-Pierre ! Je ne suis pas là-haut moi ! Et arrête de jour avec ça, nous sommes cloîtrés en Afrique jusqu’à nouvel ordre, tu ne trouveras personne à chasser ici !

– Dommage, soupira Selaphiel, je ne serais pas contre une petite chasse au loup-garou.

Elle caressait son arc d’un air pensif, songeant  à toutes ces batailles livrées avec l’arme céleste. Des loups, des vampires, elle avait même touché Zelyan une fois. C’était à une autre époque, alors qu’elle n’était pas enfermée sur ce continent sacré.

– Tu veux une anecdote amusante ? demanda Uriel avec un petit sourire.

– Dis toujours.

– D’après Seth Ereyne fêtait Noël tous les ans…

– Et ? Si elle veut s’amuser à mettre des guirlandes partout c’est son choix.

– Elle est en enfer en ce moment… Tu imagines l’enfer rempli d’images divines ?

Selaphiel lui jeta un regard dépité, il n’y avait rien de drôle. Uriel en fut déçu. Les anges n’avaient décidément aucun humour. Imaginer des guirlandes et des sapins de Noël au milieu des flammes c’était amusant non ?

– T’as jamais connu l’enfer Uriel.

– Toi non plus, je demanderais bien à Raphaël mais elle est indisponible pour le moment.

Douce manière de dire qu’elle subissait tous les tourments de l’enfer. Ça c’était drôle pour Selaphiel.

– Ca lui apprendra à esquiver toutes mes leçons de chasse !

05 décembre 2017
07 décembre 2017

Presque jeune auteur de 30 ans, maman 2.0 de deux petits tigres. A court de temps mais pas d'idées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.