13 décembre 2017

La neige tombait drue sur le mont saint Michel. Dans la cour de l’abbaye elle couvrait le sol sans bruit, en couche épaisse. Le silence régnait sur les lieux. Au loin on entendait les bruits de la ville, de la vie, mais ici rien ne venait troubler les réflexions du maître des lieux.

Michel observa longuement son frère cadet. Lucifer avait cette posture nonchalante et cet air du gamin fier de jeter un pavé dans la mare. Il n’avait pas menti, les archanges de mentaient jamais, mais il était si simple de dissimuler un pan de vérité que le doute était permis.

– Tu es certain de ce que tu avances ?

Lucifer sourit encore, puis se redressa sur son banc de pierre.

– Je t’ai répété les mots de Zelyan, il m’a demandé des fraises pour Ereyne.

– Quoi d’autre ? demanda l’aîné.

– C’est tout, il a refermé la porte de ses appartements.

Michel se leva et arpenta la cour. Il marqua de ses empreintes la neige immaculée tandis qu’il laissait ses yeux se perdre dans la blancheur du ciel. Il n’était pas humain mais connaissait cette expression ridicule et ses implications. Si cela s’avérait être vrai alors Adam devait être mis au courant le plus rapidement possible. Il y avait tant en jeu derrière cette nouvelle.

– Bon, si tu ne m’invites pas à rentrer je vais te laisser, j’ai de la route à faire, annonça Lucifer en se levant lui aussi. J’ai des fraises à trouver moi.

Pour toute réponse Michel le plaqua contre un mur.

– Te rends-tu comptes de ce que tu dis ?

– Qu’il n’y a pas de fraises ici en hiver ? Oui assez bien.

– Ne te moque pas de moi Lucifer ! Tu sais ce que les humains sous-entendent lorsqu’une femme veut des fraises.

– Zelyan te répondrait qu’il n’est pas humain et que tu viens de sauvagement l’insulter. A vrai dire je pense que tu serais déjà en morceaux.

– Mais Ereyne l’est, rugit Michel, énervé par l’insouciance de son cadet et son ignorance. Elle a toujours conservé sa partie humaine ! Alors pour la dernière fois Lucifer réfléchis ! Est-ce qu’Ereyne est enceinte ?

– J’en sais rien, Zelyan m’a demandé des fraises, il ne m’a pas raconté sa vie sexuelle ! Et je t’avoue que c’est un sujet que je n’ai pas envie d’aborder, on entend de ces cris en enfer, parfois mieux vaut ne pas savoir tu sais ? D’ailleurs est-ce que tu sais comment on fait les bébés toi ?

Merci d’avoir lu ce chapitre !

Axel.

A demain.

12 décembre 2017
14 décembre 2017

Laisser un commentaire