MortelAvent

15 décembre

Ils passèrent des heures à nettoyer les limbes, sous les aboiements de Caron, plus force que le chien. Axel. s’était rapidement éclipsée, pas folle pour deux sous. Les paillettes demeurèrent, ils ne pouvaient toutes les ôter.

Enfin Zelyan parut et Caron se sentit soulagé, quelqu’un allait enfin compatir à ses malheurs.

Zeus lui grilla la politesse en accourant vers l’immortel, il souhaitait ardemment retrouver la surface mais pour cela un accord de son père était nécessaire. Père qui paraissait perdu, il observait les lieux, chaque recoin, et posa un œil non flatteur sur le tapis rose qui couvrait les limbes.

– Zelyan, père ! Enfin vous voilà. J’aurais une requête à vous soumettre. Oh jolie cette armure noire, c’est nouveau ?

Il n’eut pas le temps d’en dire plus que Zelyan le plaquait contre un tas d’objets hétéroclites. Zeus sentit la froideur d’une lame sur son cou et déglutit.

– Mais, père…

– Quel est cet endroit ? rugit Zelyan. Qui êtes-vous ?

Les autres se rapprochèrent mais n’osèrent pas entrer en contact avec leur père qui semblait hors de lui-même.

– Pour la dernière fois, où suis-je ?

– Dans les limbes Zelyan, expliqua Caron, nous avons eu comme un souci mais ce sont bien les limbes, tu sais, l’antichambre de ton royaume, les enfers…

Zelyan s’écarta de Zeus qui soupira de soulagement et murmura un remerciement.

– Les limbes ? Où sont alors les chimères ?

Ce fut au tour du passeur d’être surpris, les chimères n’étaient que des créatures terrestres, jamais il n’en avait vu en bas.

– Vous n’êtes pas Zelyan.

Il lui ressemblait pourtant comme deux gouttes d’eau. C’était lui, mais pas lui. Les immortels se mirent sur la défensive, anxieux qu’un sosie de Zelyan puisse à ce point les tromper.

– Qui êtes vous ? demanda Ysun.

L’homme, qui n’avait pas lâché sa dague mit son autre main sur la garde de son épée. Tout de noir vêtu, protégé par cette armure si sombre, marquée par les combats, il ne faisait aucun doute qu’il s’agissait d’un guerrier. La tension montait peu à peu, le combat se rapprochait.

– Je ne nomme Nox, mage-guerrier de Théa.

—-

Merci d’avoir lu ce chapitre !

À demain

Axel.

14 décembre 2017
16 décembre

Presque jeune auteur de 30 ans, maman 2.0 de deux petits tigres. A court de temps mais pas d'idées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.