19 décembre – Jazz music

Hello !

Wattpad semble down donc voici le chapitre du jour.

Bonne lecture !

Il gisait là, étendu, inerte, mort. Il rejoignait la longue liste des décédés à Wood Castle. Partirait-il au Paradis ? Non, assurément. S’il avait de la chance, Caron l’enverrait vers le camp d’entraînement, sinon, il finirait par le sélectionneur, ou alors, au pire, ou au mieux, son âme errerait au dans les limbes avant de tomber dans le Styx. Pour l’heure son corps était incrusté dans la dalle du hall d’entrée. Son âme elle, était en transit. Elle s’était détachée de son corps, telle que la mort l’imposait, et elle poursuivait un chemin différent.

— Zelyan ! hurla Ereyne. Il y a un suicidé dans l’entrée !

Quelle pouvait bien être la raison de cette mort absurde ? Certes Zelyan était dur avec les générations inférieures mais il n’aimait guère salir sa maison. Fitz, de par sa perfection, inspirait le respect et un tout petit peu la crainte, suffisamment pour que même Zelyan ait peur de salir le parquet.

Titoune était on ne peut plus mort, et au-dessus de lui, Ereyne et Zeus étudiait le cadavre.

— Cracotte, non ! cria Ereyne en repoussant le crocodile qui pensait que le dîner était servi. Tu penses que c’est un accident ? demanda-t-elle au vampire.

— Axel. regarde Hercule Poirot, répondit Zeus. C’est forcément un meurtre.

Ereyne soupira, et s’intéressa d’un peu plus près au corps du loup. Elle cherchait un quelconque indice pouvant lui indiquer la raison de la chute. Titoune avait-il sauté ou l’avait-on aidé ?

Etant donnée la bouillie qu’était devenue le corps, rares furent les indices. L’immortelle fut bredouille.

— Interrogeons les suspects, proposa Zeus, prit d’un élan de sympathie. Qui sont-ils ?

— Des descendants de Svarog, d’Ysun, que des vampires. Cette année nous n’avons que des nouveaux venus, précisa Ereyne.

— Tu leur fais confiance ?

— J’ai foi en leur crainte de Zelyan. Et puis, à part Titoune, aucun d’eux n’est un fils de pure race. De fait, ils sont moins… terrifiants.

La théorie de l’assèchement du sang était une rumeur bien répandue, et bien confirmée, dans les lignées de Zelyan.

Le Diable avait transmis une partie de sa puissance en ses fils. Ceux-ci, avaient ensuite transmis leur force dans leurs descendants de premier niveau : leurs files et filles. Ensuite, les morsures de vampires et de loups propageaient la puissance de la lignée. Cependant, un loup né d’un morsure sera toujours moins fort qu’un loup né de l’union d’un loup et d’une louve. Et respectivement, les enfants de Zeus et d’Héra seront toujours plus forts que les vampires engendrés lors des nuits d’orgies suivies de chasses. Alors le mordu d’un mordu d’un mordu d’un mordu, soit la situation de Rocco, Mamie, Polochon et feu Virgule, n’avait que peu de pouvoir face à Ereyne, dont l’une des côtes était celle de Zelyan.

— Zeus – oui – es-tu certains que cela ne puisse pas être un accident ? Une chute accidentelle ? Que Titoune soit tombé, qu’il ait dérapé et n’ait pu se rattraper ?

— Je suis désolé, mère.

— Je ne suis pas ta mère.

— Ma mère de cœur, je ne pense pas que Titoune, bien qu’étant un loup, ne puisse mourir de manière aussi stupide.

Pour la 42ème fois de la journée, Ereyne soupira. Ce décembre était l’un des pires qu’elle ait jamais vécu, elle fondit en larmes.

— Les décorations ne sont pas accrochées, personne n’est là pour célébrer ce mois si particulier,  le sapin n’est pas arrivé, Greyhall n’est qu’une ruine sous l’eau, le père-noël ne va jamais passer. Je n’ai pas achevé mes cadeaux et il y a un loup incrusté dans la roche de mon hall d’entrée et pas un seul coupable à l’horizon !

— Oh, ça… C’est moi, annonça platement un homme, penché avec eux sur le corps.

— Toi ?!? s’exclamèrent Zeus et Ereyne.

— Il m’a gonflé, d’accord ?

— Mais que fais-tu là ? demanda Ereyne.

L’autre haussa les sourcils. C’était décembre, Zelyan souhaitait sa présence. Il était donc là. Cela ne lui plaisait guère, mais, de tous ses fils, il était le plus fidèle. Cela personne ne lui enlèverait. Après tout, un tableau à gloire et sa déchéance trônait dans le château.

— John ! Que fais-tu ici ?


Merci d’avoir lu ce chapitre !

Axel.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.